jeudi 1 mars 2018

Mediapart, journal relativiste, connait mal la radioactivité

https://www.mediapart.fr/journal/france/010318/chez-orange-le-silence-sur-la-radioactivite-provoque-une-vague-de-cancers

La CRIIRAD joue encore les marchands de peur sur la question des parasurtenseurs radioactifs de France Telecom. Des activités de quelques dizaines de milliers de Becquerel ont été mesurées dans les fûts de stockage : OK.  Mais vous savez pertinemment que ces grands  chiffres sont en fait petits : votre propre activité n'approche-telle pas les 10000 Becquerels ?

Par ailleurs, à l'ouverture du fût, la dilution dans l'atmosphère est très rapide car la loi de pression atmosphérique est en exp(-mgz/kT). Autrement dit, l'épaisseur d'une atmosphère de radon n'est que 7 fois plus mince que celle de l'atmosphère d'azote/oxygène qui nous entoure car 7 est le rapport des masses entre la molécule ou atome de radon et celle de la molécule d'azote.
La seule recommandation éventuellement raisonnable pour les intervenants serait de leur demander d'aérer le local avec un ventilateur afin d'accélérer la dilution. Pourquoi vouloir faire peur et rendre malade de peur? C'est indigne de la CRIIRAD. 

L'étude INSERM.
http://www.irsn.fr/fr/actualites_presse/actualites/documents/irsn_rapport-parasurtenseurs-france-telecom_drph-2010-07.pdf

D'après Wikipedia, on a 28,7% de chance de mourir d'un cancer.  Par ailleurs, si, pour cette mortalité par cancer, il y avait corrélation avec le radon, il y aurait un très important surplus de cancers du poumons. 

---
Les cancers dont on y parle sont dans l'ordre d'apparition dans le texte : 

- un cancer de la thyroïde : je ne vois pas le rapport entre ce cancer et les éléments des parafoudres (il n'y a pas d'iode dans les parafoudres) et il est pourtant décompté dans les victimes.  

- 12 cancers dont 5 retraités (on a 29% de chance de mourir d'un cancer: donc l'âge et le mode de vie (tabac ?) des victimes est un élément important qu'on ne connait pas)

- les cancers touchent thyroïde, os, cerveau, poumon, sein, vessie, prostate, dont il est dit qu'ils sont sensibles aux rayonnements. Cette liste ne se superpose pas, à ma connaissance, à celle des organes les plus sensibles qui sont plutôt la moelle, le colon, les poumons, l'estomac, le sein, les gonades. 

- Il y a par contre une dizaine de cancers du sein en 98 à la Croix Rousse : c'est beaucoup et ce point peut être problématique mais rien n'est dit sur le nombre total de femmes travaillant sur ce site, et sur les autres conditions de travail comme la manipulation de solvants ? 

- La cohorte principale est celle des 1 650 lignards morts entre 70 et 96 sur 34 305 personnes. Cela fait 1,8 décès /1000/an alors que le pourcentage moyen de décès par cancer dans le monde est de 1,59/1000/an pour les hommes et 0,79/1000/an pour les femmes. Il y a donc un surplus net mais pour aller plus loin, il faudrait avoir les pyramides des âges et la liste des autres facteurs pouvant induire un cancer (tabac et alcool en particulier; il est précisé dans l'article que ces causes ne peuvent pas être la seule raison du surplus, comme si elle en expliquait une partie). 

- On parle ensuite de 29 cancers à Béziers et Bédarieux mais on ne connait pas l'effectif total et cette donnée ne permet encore une fois de rien conclure.

La suite de l'article est plus technique : par exemple, les personnels auraient reçu 21 mSv annuels à la peau et 44 mSv/an au corps entier. Sur 5 ans, ils auraient reçu 221mSv. Ces chiffres sont-ils vrais ? On peut en douter mais dans ce cas il suffisait d'aérer les locaux pour en échapper; pourtant ils étaient alertés. Certains cas précis n'ont aucune valeur statistique (un seul cas) et j'ai du mal à croire que ce qu'affirme Médiapart soit vrai. 

Le passage sur la concentration dans les fûts ne me fait pas changer d'avis sur le fait que, s'il y a problème, il n'est pas à ce niveau. Médiapart dénonce le fait que les fûts soient stockés dans un simple abri de jardin. J'ajouterai que j'espère que cet abri était "à tout vent" car c'était la meilleure protection à faire.

Ce rapport de l'IRSN est clair et dissipe les doutes que Mediapart et la CRIIRAD cherchent à faire passer dans les esprits en n'hésitant pas à tout biaiser pour faire le buzz...

----

Commentaire ajouté le 6/03/2018 :

Un cancer est toujours un drame, et on connu le cas de cancers du poumon que certains travailleurs du CEA, gros fumeurs, attribuaient à leur travail sous rayonnement, vitupérant l'employeur qui accusait leurs "innocentes habitudes". Le syndicaliste est alors un peu désarmé pour les défendre, et pas étonnant qu'il y ait des recherches actuellement pour tenter d'identifier des caractéristiques des cancers radio-induits... Car aujourd'hui personne ne peut effectivement le prouver.

Après, il y a des tribunaux (celui de Clermont-Ferrand pour le cas cité du cancer de la thyroïde attribué par ce tribunal au travail à Orange ; il semble que c'est lui aussi qui avait reconnu le caractère radio induit du cancer d'un ex dirigeant du CEA, qui n'avait pourtant pas dû fréquenter longtemps les labos) qui donnent des avis sans trop savoir, mais pour aider le malade ...

Il me semble quand même étonnant, à lire le rapport IRSN, qu'Orange ait attendu 2010 pour se poser la question d'une nocivité, et que des précautions toutes simples (éviter d'accumuler des produits radioactifs dans les poches, par exemple... Cas d'un scénario...) n'aient pas été mises en œuvre.

Mais aussi que jamais les travailleurs concernés n'aient été classés travailleurs sous rayonnement, car même si les doses annoncées (dans des hypothèses assez conservatives) dépassent les 1mSv/an du public, elles n'atteignent pas les 20mSv/an autorisés pour les travailleurs.



mardi 19 décembre 2017

A-t-on le droit de douter de la cause anthropique du réchauffement climatique


Encore un article à moitié douteux.

https://www.contrepoints.org/2017/12/15/305530-parlons-climat-iii-pognon-giec-politiques-publiques

Un mot sur le doute scientifique, pour éviter tout faux débat.

Un doute scientifique doit être circonstancié : "je doute de telle explication PARCE QUE ceci ou cela". Ca ne peut pas être juste : "je doute de telle explication". A l'appui de son "doute", Courtillot montre les courbes de températures et de concentration obtenues à partir des carottes de glace antarctique. Autrement dit, son propos est : "je doute de l'effet de serre à cause des cycles de Milankovich". Le "logique" qu'il nous propose est donc : "le CO2 ne peut être une cause première car lors des cycles glaciaire/interglaciaire, c'est la modification de l'insolation qui est la cause première". Absurde, non ? Ce qu'il lui faudrait faire, c'est expliquer pourquoi l'augmentation du CO2 ne produit pas de déséquilibre radiatif, autrement dit pourquoi la théorie de l'effet de serre est une théorie fausse. Mais comme il ne peut pas le faire, il glisse en contrebande - en se parant de la parure du doute scientifique - un argument qui n'est qu'une erreur logique élémentaire. Il sait très bien ce qu'il fait, c'est un filou.

En fait, ce que montrent ces courbes, c'est que lorsque la température augmente, le CO2 augmente aussi. Pourquoi ? Parce l'équilibre CO2 atmosphérique/CO2 dissout se déplace vers CO2 atmosphérique : les océans dégazent, toutes choses égales par ailleurs. Très intéressant ! Car cela pointe vers une rétroaction positive dans le contexte d'aujourd'hui : le CO2 induit une augmentation de température par effet de serre, et le puits océanique devient moins efficace qu'il ne serait sans ce dégazage. Son "argument" se retourne comme une crêpe. 

L'absence de critique scientifique de l'effet de serre constitue le point aveugle de son développement

vendredi 3 novembre 2017

Polémique sur le Glyphosate : une rente pour les avocats, politiques, jounalistes, et lobbies verts

(G=glyphosate)

Le probleme de base est une évaluation du CIRC de Lyon, qui a classé le G 
dans les "cancérigènes probables". Cette évaluation a été démentie par un 
panel FAO-OMS (l'OMS chapeaute le CIRC). Mais il y a une campagne "à la 
greenpeace" qui vise à remplacer l'expertise scientifique par une 
campagne d'opinion: P.ex. pétition à 1 Mega signature..

Il appert que le principal meneur de l'évaluation du CIRC est Chris 
Portier, stipendié par les officines vertes. Il est aussi à l'origine du 
papier dont on a déjà parlé sur l'effet des ondes e.m. sur des rats. 
Portier a été un statisticien qui se pose en experts "biostatisticien", 
scientifique à la retraite, et lobbyiste "vert".

Mais c'est vrai que l'opinion a été chauffée à blanc sur ce sujet. Je 
pense que le glyphosate est un étendard commode: il a été breveté par 
Monsanto (il y a 40 ans, depuis 20 ans, il est du domaine public). il sert 
de déserbant dans l'agriculture, et évite des labours coûteux en énergie, 
il est souvent utilisé avec des OGM rendus tolérants.

C'est un noeud très important pour les campagnes des lobbys de 
l'agriculture "biologique"..

J'ai lu beaucoup de papiers scientifiques sur le sujet, et je prétends que 
les éléments contre le G sont très faibles, surtout aux doses auxquelles 
on est exposés. Ce n'est pas un problème de santé publique, ni un débat 
scientifique, c'est surtout un problème politique. Cela entre dans les 
campagnes pour promouvoir l'agriculture bio. Il faut consulter à ce sujet :

Le Seppi :

http://seppi.over-blog.com/2017/11/les-portier-papers-stephane-foucart-et-le-circ.html

Et Sylvestre Huet du blog Science2 du Monde :
http://huet.blog.lemonde.fr/2017/09/26/glyphosate-reflexions-pre-interdiction/

Le papier de Huet est comme d'habitude lumineux, bien que je ne voie pas 
bien pourquoi il faudrait s'opposer à "l'industrialisation de l'agriculture", surtout au nom du maintien des emplois: cela me fait penser à Hamon qui voulait taxer les vilains industriels qui remplacent 
leurs salariés par des robots...alors que notre pays a un fort retard dans 
cet indispensable investissement.

Je me méfie du 'bon sens paysan", et je voudrais qu'on réfléchisse plus 
pragmatiquement à l'agriculture, comme le fait Sylvie Brunel dans son 
récent ouvrage.
http://www.buchetchastel.fr/plaidoyer-pour-nos-agriculteurs-sylvie--brunel-9782283029619

Plutôt que de se fixer quelque vision un peu idéaliste de l'agriculture, il faudrait se poser la question de ce qui marchera ou pas pour nourrir la planète. Le ponpon me paraît être ces agronomes écolos qui 
défendent la petite agriculture africaine dans un continent qui va 
quadrupler sa population en 80 ans!

Quant aux " lobbies" :

Tout le monde connait l'entreprise Monsanto. C'est l'étendard brandi quand on veut convaincre de la dangerosité d'un produit (souvenir de l"agent orange"..).

J'avoue que je n'ai pas lu les papiers de 
Foucart-Horel sur le sujet, parce que je les crois fondamentalement HORS 
SUJET: on ne peut juger une controverse scientifique (électronucléaire ou autre) 
sur les gens qui la mettent en oeuvre, et les échanges épistolaires internes à une institution ne peuvent être un argument pour discéditer une invention. On a vu cette méthode mise en oeuvre contre un labo anglais d'étude du climat par les climatosceptiques.

Je pense qu'on doit fondamentalement dissocier les inventions du contexte 
où elles apparaissent: que Pasteur ait été chrétien n'invalide pas son 
travail sur la génération spontanée ! En cela, je réagis à une mode à 
laquelle j'ai été sensible, et qui fut incarnée en France par JM 
Lévy-Leblond.

PS : à noter le pavé dans la mare du CIRC jeté par le Congrès américain le 1er novembre 2017 qui met en question l'intégrité et l'opacité de ses décisions.
Source pdf officielle ici :
https://t.co/vnL9LxS83N

Ajouté le 4/11/2017 :

Le glyphosate n'est pas toxique en lui-même, mais il se décompose rapidement pour donner un résidu qui, lui est passablement toxique.
L'Oxygène est toxique. Un cancérigène puissant: il produit des radicaux libres
Dire qu'un corps est toxique ne dit rien si on ne précise pas la dose.

Le glyphosate est probablement inoffensif dans les conditions de son usage, tant pour les populations que pour les agriculteurs. Ci dessous une bonne analyse de l’origine des différences d’appréciation entre le CIRC, qui focalise sur l’évaluation des dangers, et les agences dont la préoccupation essentielle est l’évaluation du risque (ce qui explique en partie l’origine des divergences).

Le dossier toxicologique n’est pas vide et il ne faut pas s’étonner que les experts puissent hésiter. Le rôle des co-formulants dont en particulier la tallow amine polyethoxylée est sans doute à l’origine de certains résultats positifs de cancérogenèse animale.

Le jugement d’expert que l’on peut porter sur la qualité des conclusions en matière de cancérogenèse animale est également déterminant. Ce jugement nécessite de la compétence qui ne s’acquiert qu’avec l’expérience, or comme l’expérimentation animale devient bannie dans les laboratoires de la recherche publique, alors qu’elle est la base réglementaire du dossier toxicologique que doivent fournir les industriels, la compétence en matière de cancérogenèse animale n’est plus assurée que parmi les toxicologues attachés à la toxicologie réglementaire…qui se trouvent désavoués au titre du conflit d’intérêt !

Référence :
Glyphosate toxicity and carcinogenicity: a review on a scientific basis of the EU assessment and its differences
with IARC
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/28374158/

dimanche 25 décembre 2016

La presse doit-elle toujours défendre le bio comme elle le fait ?

La réponse est beaucoup plus nuancée que les journaux ne voudraient nous le faire croire. 
Normal, casser les rêves n'est pas vendeur. On préfère alimenter un manichéisme moral, qui voudrait que la productivité soit forcément anti-écologique et anti-sociale.

Cette pensée binaire est confortable, peu importe si la vérité est complexe. Peu importe si on part souvent dans la mauvaise direction. Qui osera jouer le rabat joie ? Contester la pensée dominante c'est forcément être acheté par les lobbies.

Et pourtant si on lit la science, la nouvelle méta-étude ci dessous, en mettant de coté les avis des lobbies bio et non bio, on découvre objectivement que les intrants et méthodes bios sont souvent pires que les intrants et méthodes synthétiques, ces derniers étant plus optimisés.
Avocat du diable : Instruisons pour une fois uniquement à charge contre le "bio" ?

Synthèse : 

1) Concernant les émissions de gaz à effet de serre :

a) Pour "les émissions de CO2, les méthodes organiques sont en moyenne en Europe 10% plus impactantes pour le climat que les méthodes conventionnelles dans la filière laitière"

b) Pour le méthane, "la culture biologique semble ne pas être une option efficace pour atténuer les impacts climatiques combinés de CH4 et N2O dans la production de riz"

2) Bien sûr le bio a parfois des avantages. Mais pour ce qui est de la biodiversité, c'est contrasté : "Les insecticides organiques ont parfois eu un impact plus grand sur des ennemis naturels que les insecticides de synthèse."

3) Et "les pratiques de l' agriculture biologique n'ont pas nécessairement d'effets positifs sur l'environnement par unité de produit" comme l'étude le démontre.

4) Idem pour "les émissions d'ammoniac, le lessivage de l'azote et les émissions d'oxyde d'azote par unité de produit : elles sont plus élevés pour les systèmes organiques."

5) De plus, "l'agriculture intensive met en œuvre un engrais liquide à travers l'irrigation au goutte à goutte et a donc donné lieu à des taux beaucoup plus faibles de pollution de la zone et des eaux souterraines". L'engrais solide (fumier,...) a l'effet contraire...

6) "Le paillage avec des feuilles polyéthylène (autorisé en agriculture biologique) est plus polluant que la pulvérisation de glyphosate, et les sarcleuses à flamme (autorisées en agriculture biologique) sont plus coûteuses, comme l'énergie qu'elles exigent, que le glyphosate, et beaucoup moins efficace dans le contrôle des mauvaises herbes vivaces."

7) "Le contrôle mécanique des mauvaises herbes est fréquemment utilisé dans l'agriculture biologique, et il a été montré que le travail du sol peut provoquer une mortalité élevée parmi les œufs et les jeunes des alouettes."

8) "Pour les arthropodes, les niveaux de toxicité obtenus en laboratoire pour les pyréthrines naturelles ont été similaires ou supérieurs à ceux de plusieurs insecticides synthétiques."

Conclusion : GES, pollution, biodiversité, la presse est en faute si elle ne relativise pas soigneusement les mérites du bio sur le conventionnel. Elle doit au contraire également souligner proportionnellement les bienfaits du conventionnel sur le bio.Même si cela fâche nos préjugés...

Traduction automatique du lien (pas toujours rectifiée manuellement):

"Comparaison des impacts environnementaux de l'agriculture conventionnelle et biologique"
L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE NE RÉDUIT PAS LES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX ? --Un Méta-analyse de la recherche européenne Tuomisto et.al. (2012)
ABSTRACT
les pratiques de l'agriculture biologique ont été promus comme, entre autres, la réduction des impacts environnementaux de l'agriculture. Cette méta-analyse analyse systématique des études publiées qui comparent les impacts environnementaux de l'agriculture biologique et conventionnelle en Europe.Les résultats montrent que les pratiques de l' agriculture biologique ont généralement des effets positifs sur l'environnement par unité de surface, mais pas nécessairement par unité de produit .Les fermes biologiques ont tendance à avoir un sol plus forte teneur en matière organique et la diminution des pertes d'éléments nutritifs (de lixiviation de l'azote, les émissions d'oxyde d'azote et les émissions d'ammoniac) par unité de surface de terrain. Cependant, les émissions d'ammoniac, lessivage de l'azote et les émissions d'oxyde d'azote par unité de produit étaient plus élevés des systèmes organiques.Les systèmes biologiques avaient un moindre besoin en énergie, mais l'utilisation des terres plus, le potentiel d'eutrophisation et potentiels d'acidification par unité de produit. La variation dans les résultats entre les différentes études était grande en raison des différences dans les systèmes comparés et les méthodes de recherche utilisées.Les seuls impacts qui ont été trouvés à différer de manière significative entre les systèmes étaient teneur du sol en matière organique, le lessivage de l'azote, les émissions d'oxyde d'azote par unité de surface de terrain, la consommation d'énergie et l'utilisation des terres. La plupart des études qui ont comparé la biodiversité dans l'agriculture biologique et conventionnelle ont démontré les impacts environnementaux plus faibles de l'agriculture biologique. Les principaux défis dans l'agriculture conventionnelle sont d'améliorer la qualité du sol (par des rotations et des ajouts de matières organiques végétales polyvalents), recycler les éléments nutritifs et d'améliorer et de protéger la biodiversité. Dans l'agriculture biologique, les principaux défis sont d'améliorer les rendements de gestion et d'augmenter les nutriments. Afin de réduire les impacts environnementaux de l'agriculture en Europe, les efforts et les politiques de recherche devraient être ciblées sur le développement de systèmes agricoles qui produisent des rendements élevés avec des impacts négatifs sur l'environnement à faible tirant sur les techniques des deux systèmes biologiques et conventionnels.
CHOISIR LES PESTICIDES ORGANIQUES AU DÉPEND DES PESTICIDES SYNTHÉTIQUES NE PEUT LIMITER EFFICACEMENT LE RISQUE ENVIRONNEMENTAL DANS LE SOJA (2010) RÉSUMÉ
Méthodologie / Principales constatations
Nous rapportons les résultats d'une étude sur l'impact environnemental de plusieurs nouveaux synthétiques et insecticides biologiques certifiés considérés comme insecticides à risque réduit pour le puceron du soja (Aphis glycines) commande, en utilisant desméthodologies établies et nouvelles pour quantifier directement l' impact des pesticides en termes de services de biocontrôle . Nous avons constaté que, en plus de l'efficacité réduite contre les pucerons par rapport à de nouveaux insecticides synthétiques, les insecticides organiques autorisés eu un impact négatif similaire ou encore plus grand sur plusieurs espèces d'ennemis naturels dans les études de laboratoire, et étaient plus nuisibles pour les organismes de lutte biologique dans des expériences sur le terrain, et a eu plus de Quotient d'impact environnemental à des taux d'utilisation sur le terrain.
Conclusions / Importance
Ces données recommandent la prudence sur l'hypothèse largement répandue selon laquelle les pesticides biologiques sont moins nocifs pour l'environnement que les synthétiques. Tous les pesticides doivent être évaluées à l'aide d'une évaluation des risques fondée sur des données empiriques, parce que des généralisations fondées sur l'origine chimique ne sont pas valables dans tous les cas.
NITRATE LIXIVIATION DE FERMES BIOLOGIQUES INTENSIF AUX EAUX SOUTERRAINES (2014)
ABSTRAIT
Il est communément présumé que l'agriculture biologique provoque la pollution environnementale minime.Dans cette étude, nous avons mesuré la qualité des eaux de percolation dans la zone vadose, qui sous-tend les deux serres intensifs biologiques et conventionnels. Notre étude a été menée dans les fermes nouvellement créées, où le sous-sol sous-jacent aux serres a été surveillées en continu à partir de leur mise en place.De manière surprenante, l' agriculture biologique intensif reposant sur la matière organique solide, tel que du fumier composté qui est mis en oeuvre dans le sol avant la plantation comme seul engrais, a abouti à la baisse significative du lessivage des nitrates dans la zone non saturée dans la nappe phréatique. D'autre part, l'agriculture intensive similaire met en œuvre un engrais liquide à travers l' irrigation au goutte à goutte, comme couramment pratiqué dans l' agriculture conventionnelle, a donné lieu à des taux beaucoup plus faibles de la pollution de la zone vadose et les eaux souterraines.Il a été démontré que les méthodes de fertilisation précis qui distribuent les engrais à travers le système d'irrigation, selon la demande de la plante, au cours de la saison de croissance réduisent considérablement le risque de contamination des eaux souterraines par les deux serres biologiques et conventionnels.
L' atténuation des émissions de gaz à effet de serre en Europe conventionnelle et biologique élevage laitier A. Weiskea,,, A. Vabitschb, JE Olesenc, K. Scheldec, J. Michela, R. Friedrichb, M. Kaltschmitta 2005
En moyenne pour toutes les régions laitières européennes, les émissions provenant des systèmes de production biologique ont été d'environ 1,6 kg de CO2-éq. kg-1 du lait et donc 10% plus élevé par rapport aux fermes modèles classiques (1,4 kg CO2-éq. kg-1 du lait).Lors du calcul des émissions sur la base de la production laitière, les fermes biologiques ont tendance à avoir des émissions plus élevées que les exploitations conventionnelles à l'excédent agricole de N similaire et N efficacité. La relation était très significative pour les deux fermes biologiques et conventionnelles, mais avec des émissions légèrement plus élevées de GES provenant de fermes biologiques à la ferme N similaire efficacité. Cela peut être dû en partie aux émissions estimées de plus de CH4 provenant de la fermentation entérique en raison d'une proportion plus élevée des cultures fourragères dans le régime alimentaire.
L' atténuation des gaz à effet de serre par l'intensification agricole Jennifer A. Burneya, b, 1, Steven J. Davisc, et David B. Lobella, b 2010
L'agriculture intensive est préférable à moins de l'agriculture d'entrée. Cela a sauvé 161 GTC carbone jusqu'à présent depuis 1961 - 2005. Les sols continuent à agir en tant que puits de carbone, mais deviendraient des sources de carbone s'ils étaient labourés.
Comparaison des Douze organiques et des systèmes agricoles classiques: Une des émissions de gaz à effet de serre du cycle de vie Perspective Kumar Venkat Journal of Sustainable Agriculture 36 (6) · Juillet 2012
Abstract
Compte tenu de l'importance croissante de la production d'aliments biologiques, il y a un besoin urgent de comprendre les impacts environnementaux relatifs des méthodes d'agriculture biologique et conventionnelle. Cette étude applique l'évaluation du cycle de vie basé sur des normes pour comparer les émissions de gaz berceau à la ferme la porte à effet de serre de 12 produits végétaux cultivés en Californie en utilisant les deux méthodes biologiques et conventionnelles.Les résultats montrent que l'état d'équilibre la production biologique a des émissions plus élevées par kg que la production classique dans sept des 12 cas (10,6% globalement plus élevé, à l'exclusion d'une valeur aberrante). la production biologique de transition fonctionne mieux, générant moins d'émissions que la production conventionnelle dans sept cas (ensemble 17,7% inférieure) et les émissions de 22,3% inférieurs à ceux de régime permanent organique. Les résultats démontrent que la conversion des terres cultivées supplémentaires à la production biologique peut offrir d'importantes possibilités de réduction des GES au cours des prochaines décennies, par le biais de l'augmentation des stocks de carbone des sols organiques pendant la transition. Les systèmes non-organiques pourraient également améliorer leur performance environnementale en adoptant des pratiques de gestion pour augmenter les stocks de carbone des sols organiques.
Évaluation des production agricoles conventionnelles et biologiques par rapport aux intrants énergétiques primaires et certaines émissions de gaz de la pollution du ministère fédéral de l'alimentation, de l' agriculture et des forêts (BML), Murphy, DPL ;, Roever, M. et Heinemeyer, O.
Une forme d'agriculture avec une utilisation réduite des ressources minérales N-engrais par intégration de production végétale et animale combinée à l'utilisation de la production de concentré d'aliments pour animaux locaux est avantageux en ce qui concerne les émissions de la consommation d'énergie et de gaz à effet de serre primaires. Un tel système peut être classique ou organique.
Suivi des GES dans les magasins de fumier dans les fermes laitières biologiques et conventionnelles RW Sneath, F. Beline, MA Hilhorst, P. 2005 Peu
Abstract
Les méthodes d'agriculture biologique sont réputées pour être plus respectueux de l'environnement que les méthodes conventionnelles et le projet européen MIDAIR avait un objectif global de comparer les émissions provenant de l'élevage laitier biologique avec des méthodes classiques de production de lait. magasins de fumier sont la deuxième source d'émissions de méthane (après la fermentation entérique) sur la production laitière européenne.De grandes incertitudes dans les méthodes de mesure signifie que même dans le cas des magasins, des différences découvertes entre les deux systèmes d'exploitation agricole ne pouvait pas être prouvées comme sensiblement différentes.
Méthane et d'oxyde nitreux : émissions provenant des systèmes de culture de riz biologiques et conventionnels en Chine duSud - Est Yanmei Qin, Shuwei Liu, Yanqin Guo, Qiaohui Liu, Jianwen Zou
Les résultats de cette étude suggèrent que le système de culture biologique pourrait ne pas être une option efficace pour atténuer les impacts climatiques combinés de CH4 et N2O dans la production de riz paddy.
La comparaison entre agriculture intensive et agriculture biologique sur la gestion extensive des prairies dans le sud de l'Allemagne par l'évaluation du cycle de vie du processus. Guido Haas, Frank Wetterich, Ulrich Köpke 2001
Analyse de la catégorie d'impact sur la biodiversité : l'image du paysage et de l'élevage, les fermes biologiques ont des avantages évidents dans le nombre d'indicateurs d'espèces des prairies, le pâturage du bétail, la mise en page de l'exploitation agricole et de la gestion du troupeau, mais des indices dans ces catégories a montré une large gamme et sont en partie indépendante de la système d'exploitation.Lower CO2- et les émissions de N2O des fermes biologiques sont compensées par une émission plus élevée de CH4 par unité de lait produite en raison de la performance du lait inférieur.
Évaluation du cycle de vie de la production laitière conventionnelle et biologique aux Pays - Bas MA Thomassena 2008, KJ van Calkerb, MCJ Smitsc, GL Iepemad, IJM de Boera
Dans cet article, deux systèmes de production de lait néerlandais, à savoir un classique et un organique, ont été comparés sur leur impact environnemental intégral et les points chauds ont été identifiés dans les chaînes de production de lait conventionnelles et biologiques.Les résultats ont montré une meilleure performance environnementale concernant l'utilisation de l'énergie et le potentiel d'eutrophisation par kilogramme de lait pour les fermes biologiques que pour les fermes conventionnelles. En outre, un potentiel plus élevé à la ferme acidification et le potentiel de réchauffement de la planète par kilogramme de lait biologique implique que l'ammoniac plus élevé, le méthane et l'oxyde nitreux émissions se produisent à la ferme par kilogramme de lait biologique que pour le lait conventionnel. potentiel d'acidification totale et le potentiel de réchauffement de la planète par le lait kilogramme ne différaient pas entre les fermes conventionnelles et biologiques sélectionnés. En outre, les résultats montrent l'utilisation des terres plus faible par kilogramme de lait conventionnel par rapport au lait biologique.
L' évaluation de l' impact environnemental de la production laitière conventionnelle et biologique. Imke JM de Boer 2003
la production de lait biologique augmente intrinsèquement les émissions de méthane et, par conséquent, peut réduire le potentiel de réchauffement global que par la réduction des émissions de dioxyde de carbone et l'oxyde nitreux considérablement.
Les émissions d'oxyde d' azote provenant des systèmes biologiques et conventionnels arables culturales sur deux types de sol Ngonidzashe Chirindaa, c,,, Mette S. Carterb, Kristian R. Albertb, Per Ambusb, Jørgen E. Olesena, John R. Porterc, Søren O. Petersena 2006
les émissions d'oxyde nitreux étaient similaires ou plus de classiques que de rotations biologiques, sauf en Autriche, où l'entrée de N dans le fumier était beaucoup plus élevé de la rotation organique que de la rotation classique
Fondants d'oxyde nitreux et de méthane, et le lessivage d'azote provenant des sols sableux organiquement et conventionnellement cultivés dans l' ouest de la Finlande E. Syväsalo, K. Regina, E. Turtola, R. Lemola, M. Esala 2006
Azote lessivage et les pertes de N2O gazeux étaient légèrement plus grand pour de l'herbe organique que pour l'herbe classiquement cultivée, et la différence était encore plus évidente lorsque les pertes ont été calculées par le rendement.
L'écart de rendement des cultures entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Tomek de Ponti, Bert Rijk, Martin K. van Ittersum 2012
L'écart de rendement des cultures entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Nous avons analysé 362 rendements publiés des cultures comparatives organiques conventionnelles. L'écart de rendement organique est de 20%, mais diffère quelque peu entre les cultures et les régions. Nous avons trouvé une faible indication d'un écart de rendement plus les rendements conventionnels augmententaient. Nous émettons l'hypothèse que lorsque upscaling à la ferme / régional l'écart de rendement sera plus grande. Dans ce contexte, la recherche est nécessaire à la ferme et au niveau régional et sur la disponibilité des nutriments.
Comparaison des rendements de l'agriculture biologique et conventionnelle. Verena Seufert, Navin Ramankutty & Jonathan A. Foley 2012
Le taux de rendement organique à conventionnel moyen de notre méta-analyse est de 0,75 (avec un intervalle de confiance à 95% de 0,71 à 0,79); qui est, dans l'ensemble, les rendements biologiques sont de 25% inférieurs à ceux conventionnels. Ceci est juste la moyenne globale, cependant: comme la figure ci-dessous, il y a une variabilité considérable entre les différentes cultures.
L' impact environnemental des engrais de farine de viande par rapport à l' engrais chimique Ressources, Conservation et recyclage, 55 (11), pp.1078-1086.Spångberg, J. et al., 2011
Un des défis pour les exploitations biologiques sans accès à du fumier est de trouver des sources durables de nutriments végétaux, puisque seulement ceux naturel, renouvelable et des ressources régénératives peuvent être utilisés
La production alimentaire par rapport à la biodiversité: Comparaison de l' agriculture biologique et conventionnelle Gabriel, D. et al, 2013... Journal of Applied Ecology, 50 (2), pp.355-364.
Lors du contrôle du rendement, la diversité des bourdons, les papillons, les syrphes et les arthropodes épigés ne différait pas entre les systèmes de production, ce qui indique que les différences observées dans la biodiversité entre les champs biologiques et conventionnels sont expliqués par des rendements plus faibles dans les domaines biologiques et non par des pratiques différentes de gestion en soi. Compte tenu de ces résultats et du rendement par rapport à ses relations à la biodiversité observées dans notre étude, il est probable que les plus grands gains de biodiversité par le rendement des cultures de l'unité se produirait dans les paysages mixtes et à faible productivité. Ce résultat est en contradiction avec le consensus existant qui dit que le gain de biodiversité maximale se produira par la promotion de l'agriculture biologique homogènes, sans paysages intensifs.
L'écart de rendement des cultures entre l'agriculture biologique et conventionnelle.De Ponti, T., Rijk, B. & Van Ittersum, MK, Systèmes agricoles, 108, pp.1-9. 2012.
Nourrir le monde avec l'agriculture biologique peut exiger plus de terres que l'agriculture conventionnelle et donc la zone des écosystèmes naturels et semi-naturels peut être plus faible, alors que la qualité de la biodiversité sur et autour des terres agricoles peut être plus élevé.
Les aliments biologiques: acheter plus desécurité ou tout simplement la tranquillité d'esprit? Un examen critique de la littérature. Commentaires critiques dans la science alimentaire et la nutrition, 46 (1), pp.23-56. Magkos, F., Arvaniti, F. & Zampelas, A. 2006.
De la pertinence, une étude récente a rapporté que les soupes préparées à partir de légumes biologiques cultivés (achetés directement à partir de la vente au détail) avaient presque six fois plus d'acide salicylique (médiane, 117 ng / g; plage, 8-1040 ng / g) que les soupes classiques ( me-dian, 20 ng / g; plage, 0-248 ng / g)-Ainsi, la sélection de variétés résistantes aux ravageurs en agriculture biologique pourrait également signifier que ces plantes ont des niveaux plus élevés de toxines naturelles, ou des niveaux de plus grande puissance.
Les tentatives précédentes pour augmenter la résistance aux maladies dans les variétés de pommes de terre, le céleri et les panais par l'utilisation de plantes de type sauvage et des programmes de résistance de reproduction, ont conduit à une augmentation des concentrations de toxine naturelle et le retrait de ces aliments de la vente au détail (Ames and Gold, 1989; McGregor, 1998; Fenwick et al., 1990).
-Néanmoins, il a été récemment rapporté que le soufre a dû être appliqué dans des quantités de 40% supérieurs à un fongicide synthétique correspondant,
Impact environnemental des différentes pratiques de gestion agricole: classiques contre l' agriculture biologique. Gomiero, T., Pimentel, D. & Paoletti, MG, 2011. Critical Reviews in Plant Sciences, 30 (1-2), pp.95-124.
Le document décrit ensuite la consommation d'énergie dans différents contextes agricoles: l'agriculture biologique a une plus grande efficacité énergétique (entrée / sortie), mais, en moyenne, présente une baisse des rendements et de la productivité par conséquent réduite. Les inconvénients possibles de la fertilisation organique ont été reporté par certains auteurs (par exemple, Tilman et al, 2002; Sieling et Kage, 2006; Kirchmann et al, 2007; Wu et Sardo 2010..): la «Libération lente» des nutriments provenant du compost organique ou ma-Nures vert peut être difficile à contrôler et harnais et risquent de ne pas répondre à la demande des cultures, ce qui entraîne des pertes d'azote par lessivage et volatilisation. En outre, dans les systèmes biologiques, la compétition avec les mauvaises herbes peut réduire considérablement l'efficacité N apport
En outre, Wu et Sardo (2010) suggèrent que le paillage avec des feuilles polyethy-lene (autorisée en agriculture biologique) est plus polluant que la pulvérisation de glyphosate, et que les sarcleuses de flamme (autorisés en agriculture biologique) sont plus coûteux et l'énergie exigeant que le glyphosate et beaucoup moins efficace dans le contrôle des mauvaises herbes vivaces.
Approches pour évaluer l'impact environnemental de l' agriculture biologique eu égard en particulier au Danemark Hansen, B., Alroe, HF & Kristensen, ES, 2001.. Agriculture, Ecosystems and Environment, 83 (1-2), pp.11-26.
le contrôle mécanique des mauvaises herbes est fréquemment utilisé dans l'agriculture biologique, et a été montré le travail du sol pour provoquer une mortalité élevée parmi les œufs et les jeunes des alouettes.
Face à l' insécurité alimentaire en Afrique: Pourquoi, après 30 ans de travail dans l'agriculture biologique, je suis la promotion de l'utilisation des engrais synthétiques et les herbicides dans la production des cultures de base à petite échelle Lotter, D. 2014 .. Agriculture and Human Values, (Pretty 1997 ), pp.111-118.
Herbicide médiée labour CA via un pulvérisateur à dos peut sous-sensiblement augmenter les rendements de maïs conventionnelles tout en même temps presque éliminer l'érosion et l'augmentation de la capture d'eau de pluie jusqu'à cinq fois. À mon avis, la perte de spectre massive du sol par l'érosion et la perte de nutriments par le travail du sol en Afrique dans les prochaines decades éclipse largement les effets possibles sur la santé de vos expositions à la substance chimique.
Effets des insecticides organiques agricoles compatibles sur quatre puceron espèces d'ennemis naturels. Jansen, JP, Defrance, T. & Warnier, AM, 2010. lutte antiparasitaire Science, 66 (6), pp.650-656.
Les résultats indiquent potentiellement une forte toxicité des pyréthrines naturelles pour les arthropodes bénéfiques. Bien que cette toxicité doit être confirmée dans des conditions de terrain, les niveaux de toxicité obtenus dans le laboratoire ont été similaires ou supérieurs à ceux de plusieurs insecticides synthétiques connus pour être toxiques dans le domaine
Produits naturels dans la protection des cultures. Dayan, FE, Cantrell, CL & Duke, SO 2009. bioorganique et Medicinal Chemistry,
La gestion des mauvaises herbes dans les pratiques de l'agriculture biologique est très problématique. Alors que la plupart des méthodes reposent sur la cultivation du sol, le binage à la main, le biocontrôle, les paillis organiques, et ironiquement en plastique (synthétique) la couverture du sol, et l'utilisation de certains produits naturels est autorisée
Une méta-analyse des différences dans les impacts environnementaux entre l'agriculture biologique et conventionnelle. Mondelaers, K., Aertsens, J. & Huylenbroeck, G. Van, 2009. British Food Journal, 111 (10), pp.1098-1119.
Cette perte de services écosystémiques est grande par rapport à l'avantage d'une réduction des émissions de nutriments et de pesticides. De méta-analyse du papier, il peut conclure que les sols dans les systèmes d'agriculture biologique ont en moyenne une teneur élevée en matière organique. Il peut également conclure que l'agriculture biologique contribue positivement en faveur de l'agro-biodiversité (races utilisées par les agriculteurs) et de la biodiversité naturelle (la vie sauvage). En ce qui concerne l'impact du système d'agriculture biologique sur les émissions de nitrates et de lessivage du phosphore et de gaz à effet de serre le résultat de l'analyse ne sont pas aussi simple que cela. Lorsqu'elle est exprimée par zone de production agriculture biologique les scores sont meilleurs que pour l'agriculture conventionnelle pour ces articles. Toutefois, compte tenu de la faible efficacité de l'utilisation des terres de l'agriculture biologique dans les pays développés, cet effet positif exprimé par unité de produit est moins prononcé ou non présent systématiquement.

samedi 17 décembre 2016

Le gaz radon dans les habitations : pourquoi encourager une psychose de plus vu les doses ?

Zone rouge !

La paranoïa s'installe et l'IRSN y contribue une fois de plus :
Une carte prétendument scientifique dont une grande partie est coloriée en rouge fait peur.
Exemples de reprise sans distance critique :
"le radon est la cause de 10 % des décès du cancer du poumon en France. "

"l’on estime en France qu’il y a environ 2 000 décès par an liés au radon"


En Belgique idem :
"Radon: dès 2018, une nouvelle norme classera 80% d'habitations supplémentaires en zone à risque"


En fait, en abaissant le prétendu seuil de danger à des niveaux ridiculement bas, il est facile de généraliser la peur et de l'amplifier.

Dans le contexte actuel, celui qui dénoncera ces excès passera forcément pour un affreux pronucléaire révisionniste même s'il a raison sur le fond. (Voir les documents sur www.ecolo.org (2))

La résilience cellulaire dépend beaucoup de la santé et de l'âge, mais même cela ne tient pas pour justifier cet alarmisme. Un adulte en santé moyenne ou même basse n'a pas de raison valable de s'inquiéter du radon. Respirer au dessus d'un sol et au milieu de murs granitiques n'a généralement pas d'incidence sauf à calfeutrer toutes les issues d'air (dans ce cas le CO2 nous affectera plus vite...).
Dangereux à partir de combien ?

Rappel scientifique.

A partir de 500 Bq/m3 on voit un léger excès de cancers du poumon chez les femmes qui ne fument pas (cf étude Conradi, Becker dans les années 90 dans l'Erzgebirge).

1 000 bq/m2 semble un seuil tout à fait raisonnable à l'échelle collective. En effet il faut comparer les pertes en années de vie avec celles induites si on détourne pour les familles modestes les subventions affectées à leur protection sociale. Chacun est libre évidemment de ventiler davantage son logemres si ce taux est plus élevé.

Bien sûr, chez les fumeurs, la situation est plus sensible. Le RR croît à partir de 150 Bq/m3 dans la meta-analyse de Darby et al. Mais c'est le tabac qui en est la cause. Doit-on affecter le niveau social des classes modestes pour sauver quelques victimes suicidaires ?

Attention : Je n'ai nulle intention de nier la dangerosité du radon à haute dose. Les rats exposés permettent de confirmer que les expositions à ses produits de filiation ont un risque cancérogène avéré dès 20 WLM.

Alors que conclure ?

Que le risque reste infiniment faible face au tabac et l'existence de ce risque ne contredit pas de potentiels effets bénéfiques (observés selon les critères de la médecine fondée sur les preuves, mais encore peu étudiés et publiés faute d'intérêt financier).

L'irradiation externe est aussi douée de vertus thérapeutiques y compris sur diverses pathologies douloureuses comme les spondylarthrites... (Cures de la Bourboule, etc..)
150 Bq/m3 : qui dit mieux ?

Encore faut-il préciser l'unité et savoir de quoi on parle.


Comparons par exemple avec la radioactivité naturelle du corps humain.

En effet le becquerel est une unité toute petite, qui correspond à la désintégration d'un seul atome à chaque seconde, ce qui est une quantité de radioactivité infiniment minuscule.

Nous pouvons donc assez facilement rencontrer ou même vivre en permanence avec une radioactivité en milliers de becquerels autour de nous (et même en nous !) ... sans que cela présente le moindre danger.

Le corps humain c'est environ 10 000 Becquerels de radioactivité naturelle (principalement du carbone 14 et du potassium 40 comme dans l'eau de mer) pour un volume de 0,07 m3, ce qui, en faisant

la division de ces deux chiffres, correspond à une concentration naturelle de 150 000 Bq/m3 de radioactivité naturelle dans notre organisme.

Oui, vous avez bien lu : 150 000 Bq/m3, ce qui parait ENORME, ce n'est que la radioactivité naturelle du corps humain, depuis la nuit des temps, même avant le démarrage de la première centrale nucléaire au milieu du XX ème siècle et avant qu'Antoine Becquerel ait découvert la radioactivité en 1896 !

Ce chiffre de 300 (si on ne précise pas l'unité) parait (en l'absence de références) très élevé, mais en réalité il s'agit donc d'une valeur extrêmement basse et tout à fait normale.

Autrefois la limite était à 1000, puis 500, puis 300. Comme on n'arrête pas le progrès, ce sera bientôt, 100 puis 50...

 A partir du moment ou on accepte de croire en la théorie (fausse) de la RLSS (Relation linéaire sans seuil), 150 Bq/m3 ce qui est effectivement très faible, c'est encore beaucoup trop et il n'y a aucune autre limite admissible que le zéro absolu...

Heureusement cette théorie est complètement fausse et on peut vivre en s'exposant sans crainte (comme dans le Montana) et même avec des bienfaits, jusqu'à 80 000 Bq/m3 à l'occasion de cures (jusqu'à 50 h).

Sous la pression de l'IRSN, Crii-rad et cie, s'appuyant sur la base scientifique fausse de la RLSS, on va donc diminuer d'année en année la dose de radon considérée comme admissible, jusqu'à ce qu'elle devienne quasi-impossible à respecter tellement elle sera basse et on fera alors apparaitre le ridicule de la situation et l'absurdité de vouloir interdire un gaz bienfaisant qu'on trouve pourtant partout dans la nature et auquel nous sommes parfaitement adaptés à doses raisonnables.

Résultat, l'IRSN gâche ainsi de précieuses ressources mais se plaint curieusement avec l'ASN d'un manque de 200 postes pour exercer ses missions. Bien qu'il n'ait pas pris en compte de rapport parlementaire (1) qui l'enjoignait de réformer son organisation inefficace, l'ASN retarde pendant ce temps à donner ses réponses sur le générateur du Bugey ou sur la cuve de l'EPR de Flamanville, mettant en danger nos exportations d'EPR à Taishan (Chine).

Quel journaliste scientifique explique tout cela ?


(2) : Texte co-rédigé par Bruno Comby - AEPN.

Rappel imagé du sens des unités Becquerel, Gray, Sivert

 

lundi 12 décembre 2016

Diesel: Mortalité supposée liée à la pollution de l'air - A qui profite le soi-disant crime ?


Environnementalistes, politiques, ONG, médias, tout le monde profite de l'alarmisme excessif et sans nuance lié à l'environnement, et à la pollution de l'air en particulier. Et qui le dénoncerait passerait pour un ami de cette pollution... 

Osons dénoncer l'excès de zèle et la presse antiscientifique ?

La fin ne justifie pas les moyens car les choix économiques deviennent parfois contreproductifs, comme sortir à tout prix du diesel vers l'essence au lieu d'investir dans le décarboné. D'autant plus qu'on va voir ci dessous que, sans la nier, cette dangerosité du diesel recent est en fait surévaluée au regard des dépenses proposées, qui serait allouées plus efficacement sur d'autres leviers.


---


Les 48.000 décès imputables par la "Santé Publique’’ à la pollution atmosphérique résultent d’une évaluation comportant d’assez nombreuses incertitudes. 

La première concerne le coefficient de risque relatif  à retenir par 10 microgrammes de PM 2,5. Les auteurs français ne retiennent pas la valeur OMS, résultant des larges meta analyses (notamment Arden Pope et ACS américaines) de 1,07 mais celle des études plus modestes d’Escape et Gazel-Air qui aboutissent à 1,15, ce qui revient presque à doubler l’évaluation des décès imputables.

La 2ème concerne la validité de la loi linéaire reliant exposition et excès de décès dans une plage d’exposition où les informations sont nettement insuffisantes, c’est-à-dire au niveau de 5 microgrammes par m3 censé représenter le minimum d’exposition sans apport anthropique, observable dans 5% des petites communes de montagne. Malgré l’affirmation incantatoire de l’existence avérée d’une relation linéaire (parfaitement valide dans la plage d’exposition supérieure à 10 microgrammes par m3) on ne voit pas bien comment cette relation trouverait une plausibilité toxicologique aux très faibles concentrations et pourrait devenir une relation linéaire sans seuil, hypothèse ici privilégiée.

Si l’on s’en tenait à ce qui serait évité si on ne dépassait jamais le seuil OMS de 10 microgrammes par m3 le nombre de décès évité serait en fait de 17.000 avec les hypothèses des auteurs. L’OMS pour sa part attribue à la pollution de l’air en France un excès de 10.954 décès en 2012.

L’étude française ne permet pas de connaître les causes de la mortalité en excès. Dans l’étude OMS, pour la France de 2012, 3.793 décès sont attribués aux cardiopathies ischémiques, 2.774 aux AVC, 4.256 aux cancers du poumon (11% des nouveaux cancers du poumon diagnostiqués en 2012), 126 bronchopneumopathies et 4 cas de bronchiolites, ceci sur la base des méta analyses essentiellement américaines et d’une modélisation de la pollution sur notre pays. Les auteurs de l’étude française font l’hypothèse que ces mêmes pathologies sont à l’origine des excès de mortalité observés avec mention de différentes autres cibles possibles nettement moins bien établies.

Si on retenait les causes de mortalité OMS et le coefficient de risque relatif Escape/Gazel-Air cela reviendrait à attribuer 45% des cancers du poumon en France à la pollution atmosphérique, ce qui paraît très peu vraisemblable.

Il faut saluer le travail fait d’inventaire des risques en fonction de la densité de l’habitat et du suivi des cohortes mais, comme les auteurs de Santé Publique le reconnaissent il existe encore de nombreuses lacunes concernant à la fois l’exposition aux PM 2,5 et leurs effets sur la santé , sans compter l’imprécision du concept toxicologique caché derrière PM 2,5. La prudence est de considérer les résultats de l’étude comme trop préliminaire pour en faire un référentiel.


Pour la perte d’espérance de vie c’est en moyenne pour la France 9 mois dans le scenario "absence de pollution anthropique" et 4 mois dans le scenario OMS selon les propres données des auteurs de Santé Publique : évaluation considérée comme la perte d’espérance de vie à 30 ans par rapport à une absence totale de pollution par les PM 2,5 anthropique dans le premier cas ou absence de dépassement de 10 microgrammes de PM 2,5 dans le second cas, compte tenu des spécificités démographiques françaises, de la densité de l’habitat et du taux de mortalité par tranche d’âge.

C’est un calcul qui a de l’intérêt pour évaluer le coût de la santé mais il efface un problème éthique important. Le développement de l’énergie bénéficie à tous et il a un prix à payer qui n’est payé que par les victimes de la pollution. La mutualisation de ce coût en termes de perte moyenne d’espérance de vie est de ce fait assez discutable. Les défenseurs de la méthode s’en défendent et font comme si ‘’ils n’en mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’ cherchant des liens assez ténus entre pollution et diabète, autisme, maladies infectieuses, dégénératives, héréditaires et génétiques …sans avoir jusqu’à maintenant validé la solidité de ces liens alors que l’impact sur le cardiovasculaire et le cardiopulmonaire ne souffre plus de doute. C’est peut-être le seul impact (c’est bien assez car il est lourd !) qui justifie d’être pris en compte car il y a encore discussion sur l’impact réel en matière de cancers pulmonaires y compris parmi les membres de l’IARC qui ont classé les particules diesel parmi les cancérogènes avérés. Dans cette perspective la perte moyenne d’espérance de vie n’a pas grand sens, celui qui est atteint peut perdre plus de 10 ans ou plus, alors que le reste de la communauté ne perd rien.

Et n'oublions pas qu'au moins la moitié des #ParticulesFines dans l'air à Paris proviennent de l'usure des pneus et des freins. (Source scientifique : #APPAasso)

Ces particules fines, riches en métaux lourds, parfois mutagènes, sont un poison pour l'Homme et source de cancers mais leur incidence est faible vu les 50 mois de vie gagnés en vivant à Paris et vu la longévité croissante qui y reigne. 

L'enfer étant pavé de bonnes intentions, combien coûtera cette sortie précipitée et électoraliste à la collectivité socio-économique française ? 100 milliards en quelques années ? (Gachis industriel PSA, Renault, etc..., précarité énergétique accrue en régions, etc...)

Alors qu'on a besoin de financer en priorité l'emploi, la santé, la recherche ?


Source : REVIEW : Lung cancer and diesel exhaust: an updated critical review  of the occupational epidemiology literature

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22656672


Image du graphique sur le peripherique : pertinence à vérifier sur : https://climatdeterreur.info/pollution/la-grande-farce-de-la-circulation-alternee-a-paris

Image espérance de vie à 80 ans : https://t.co/P0JnqJKIDi


Annexe : http://www.contrepoints.org/2016/12/22/275774-faut-tuer-diesel

jeudi 24 novembre 2016

L'effet Dunning-Kruger, la surconfiance des incompétents, renforcé par les médias actuels.

La démocratisation de l'éducation engendre un peuple qui s'autorise à avoir une opinion.
Quelle est sa profondeur critique ? Les médias de masse ont bien compris quel profit en tirer, y compris Facebook qui vous fidélise en vous proposant ce qui vous conforte. A l'État de prendre enfin ses responsabilités ?

http://mobile.lemonde.fr/sciences/article/2016/11/21/pourquoi-les-incompetents-se-croient-si-doues_5035337_1650684.html

"Un jour de 1995, McArthur Wheeler dévalisa deux banques de Pittsburgh (Pennsylvanie) à visage découvert. Même pas peur. Le soir même, peu de temps après que les images prises par les caméras de surveillance eurent été diffusées au journal télévisé de 23 heures, l’homme fut assez logiquement reconnu, dénoncé, arrêté.

Quand la police lui montra les enregistrements, Wheeler le voleur fut frappé de stupéfaction. « Pourtant, je portais du jus », marmonna-t-il. Apparemment, celui qui se croyait si malin s’était persuadé que le jus de citron, bien pratique pour fabriquer de l’encre invisible, ­allait aussi rendre son visage indétectable par la ­vidéosurveillance et il s’en était par conséquent barbouillé la trogne.

Si David Dunning et Justin Kruger, deux psychologues américains de l’université Cornell (Etat de New York), ont évoqué la mésaventure de M. Wheeler en préambule de l’étude qu’ils ont publiée en 1999 dans le Journal of Personality and Social Psychology, ce n’est pas parce qu’ils avaient l’intention d’y vérifier les qualités masquantes du jus de citron, mais parce qu’ils souhaitaient comprendre pourquoi les personnes incompétentes – comme l’était ce maladroit détrousseur de banques digne d’un roman de Donald Westlake – peuvent avoir l’impression que leurs mauvaises décisions sont excellentes.

Tenter de comprendre pourquoi « l’ignorance engendre plus souvent la confiance que ne le fait la connaissance », pour reprendre un célèbre constat du grand observateur de ses congénères qu’était Charles Darwin.
Auto-évaluation

Disons-le d’emblée, la réponse à cette question n’est pas à chercher du côté de l’intelligence – songez à ­votre supérieur hiérarchique et à certains chefs d’Etat, que vous considériez comme des non-crétins tant qu’ils n’avaient pas atteint leur seuil d’incompétence.

Dunning et Kruger ont émis l’hypothèse que chez les incompétents existait un biais psychologique qui les poussait à surestimer leurs capacités et leurs performances.

Pour mettre cette idée à l’épreuve, ils ont élaboré plusieurs expériences destinées à tester des ­cobayes dans des domaines nécessitant un minimum de savoir et de finesse : l’humour (avec des blagues ­notées par des comédiens professionnels), le raisonnement logique et la grammaire.

A chaque fois, les participants devaient faire un exercice et auto-évaluer leur prestation. Quel que fût le domaine, les résultats se sont avérés d’une constance remarquable. Systématiquement, les sujets les moins aptes surestimaient de beaucoup leur capacité à réussir l’épreuve, ainsi que le nombre de questions auxquelles ils avaient répondu juste. A l’inverse, les plus doués des participants avaient un peu tendance à se dévaluer.
Contents...

Plusieurs semaines après le test portant sur la grammaire, les auteurs de l’étude ont invité les meilleurs mais aussi les plus nuls des participants à une deuxième session au cours de laquelle ils avaient pour mission de corriger les copies de cinq autres personnes et… de se réévaluer après avoir vu leurs réponses.

Il advint ce qui devait arriver : les « champions » s’aperçurent qu’ils étaient meilleurs qu’ils ne le croyaient, tandis que les cancres furent incapables de reconnaître la compétence des autres et de se remettre en question. Tout allait bien pour eux. Contents, contents, contents…

Depuis cette étude, ce biais dans l’auto-évaluation des incompétents, cette « surconfiance » qu’ils ont en leurs capacités, porte le nom d’effet Dunning-Kruger. Les deux chercheurs américains ont désormais, en la personne de leur nouveau président, un sujet idéal pour tester leur théorie."